Les compositeurs M4H 2017

Benoit Menut et Bruno Helstroffer sont arrivés sur la colline. Les répétitions ont débuté.

Premières répétitions 2017

Deux musiciens  n’ont pas pu venir à Ronchamp. A la dernière minute, Aurélie Martin (contrebasse) et Valentin Chiapello (alto) ont bien voulu monter sur la colline pour l’été 2017. Après une visite de la chapelle et du monastère, Marianne Piketty, en forme après un mois passé au festival d’Avignon avec la création VIVALDI PIAZZOLLA • Saisons : d’un rivage à l’autre, a commencé les répétitions.

Visite de la chapelle par les musiciens d’M4H.
Marija Stapcane
Aurélie Martin
Marina Capstick
Iris Guemy et Alessio Pianelli
Suzanne Durand-Rivière
Valentin Chiapello
Hélène Marechaux
Mais qui est ce musicien ?

Edito 2017- Au détour du chemin

Les détours sont pleins de surprises ! Plus que jamais, cette 5eme édition de Musique aux 4 Horizons va vous transporter dans des univers musicaux exaltants. Au delà des siècles et des héritages, Max Bruch, Pietro Locatelli, Igor Stravinski partagent une même virtuosité pour les cordes et en particulier pour le violon. Au lendemain de la première guerre mondiale, Max Bruch compose son Octuor à cordes, il est à la fin de sa vie. Le compositeur fera écrire sur sa pierre tombale «La musique est la langue de Dieu».
Ce dépassement de soi, cette recherche perpétuelle de perfection sont partagés par les compositeurs et leurs interprètes. Les artistes savent faire des détours pour puiser de nouvelles sources d’inspiration. Loin de sa Russie natale, Piotr Tchaikovski compose sur place en Italie un «souvenir de Florence» emprunt d’une joie inhabituelle pour ce compositeur si nostalgique. Un océan le séparait aussi de sa terre d’origine, lorsque Igor Stravinsky a composé, tout en subtilité, son concerto pour cordes en ré.
La colline de Ronchamp mérite le détour. Et si Musique aux 4 Horizons a commandé cette année trois créations à Benoit Menut, Bruno Helstroffer et Alessio Pianelli, c’est justement pour que la paix et la spiritualité qui émanent de ce lieu unique, nourrissent leurs œuvres.

Faire un détour, c’est aussi emprunter un chemin inédit. Comme l’année dernière, le parcours musical et poétique a été imaginé à partir des poèmes de sœur Marie-Claire. Cette fois-ci, ces pépites poétiques nous guident à travers les espaces de travail et de prière du monastère pour tenter de saisir le quotidien de ces femmes hors du commun.

«La ligne droite n’est pas toujours le plus court chemin pour nous enrichir» nous expliquera lors de la sa conférence Sœur Brigitte de Singly, abbesse des clarisses. Avec l’architecte Jean-Jacques Virot, ils mettront en résonance Musique, Spiritualité et Architecture.
Enfin, Musique aux 4 horizons fera deux petits détours en Franche-Comté pour vous proposer des concerts à la Cathédrale de Besançon et au Prieuré de Marast.

Toute la  fougue, le talent, l’exigence des jeunes solistes qui m’accompagnent sont mobilisés pour vous faire vivre une folle semaine sur la colline de Ronchamp.

Marianne Piketty

Maâ- la vidéo

Pour cette 4ème édition, Musique aux 4 Horizons a commandé un concerto pour violon et contrebasse à Benjamin Attahir, l’un des plus brillants compositeurs français de sa génération, lauréat de nombreux concours internationaux. Ce concerto, dédié à la violoniste Marianne Piketty et à la contrebassiste Lorraine Campet, a été l’un des temps fort de l’été 2016.

Né en 1989, Benjamin Attahir est un musicien protéiforme : compositeur, violoniste et chef d’orchestre. De 2009 à 2013, il étudie au Conservatoire de Paris tout en bénéficiant des conseils de P. Boulez.
Il est lauréat de nombreux concours et distinctions : Bloomington, SACEM, UNESCO, Académie des Beaux-Arts.  Sa musique est jouée en Europe, aux USA et en Asie par des orchestres et ensembles prestigieux. Il collabore avec des artistes de renommée internationale : D. Barenboim, T. Sokhiev, H.S. Kang, C. Delangle, G. Laurenceau, ainsi que des troupes telles que la Comédie Française, le Théâtre Liyuan-Quanzhou. Il est régulièrement l’invité de festivals (Lucerne, Utrecht, Aix en Provence…).
Auteur de deux opéras dont il dirige les premières en 2012 et 2015, le domaine scénique est la colonne vertébrale de son écriture musicale puisant son inspiration à mi-chemin entre Orient et Occident.
Benjamin Attahir est pensionnaire à la Villa Médicis pour l’année 2016-2017. Ses œuvres sont éditées aux éditions Durand-Salabert (Universal Music Publishing)

Maâ, la création de haut vol de Benjamin Attahir pour Musique aux 4 horizons

16

Son nom sonne comme une étoile. Sa musique est aussi précise que solaire. Le compositeur Benjamin Attahir a écrit un concerto pour violon et contrebasse d’une grande qualité. Comme l’an dernier, le festival Musique aux 4 Horizons a passé commande à un compositeur. Benjamin Attahir a comblé toutes les attentes des musiciens, de Marianne Piketty et des spectateurs. Les jeunes interprètes viennent sur la colline pour se lancer des défis tout en progressant auprès de la violoniste pédagogue. La partition écrite par Benjamin Attahir est particulièrement originale et complexe à interpréter. C’est la première fois qu’un compositeur écrit pour ces deux instruments qu’apparemment tout oppose : le violon et la contrebasse. D’autres compositeurs les ont déjà réunis mais sous le signe de l’humour. Benjamin Attahir, lui, nous emmène sur des chemins escarpés pour accéder au monde profond. Continuer la lecture

Nouveauté 2016 : Le Parcours poétique et musical de Musique aux 4 Horizons

Un des piliers de Musique aux 4 Horizons est le respect de la spiritualité de la colline Notre-Dame du Haut. Le parcours poétique et musical de l’édition 2016 a été imaginé à partir des poèmes de sœur Marie-Claire. De 2006 à 2014, cette sœur clarisse a raconté l’épopée de sa communauté.

Les religieuses ont quitté leur havre de paix de Besançon pour créer une fraternité internationale au pied de la chapelle Notre-Dame du Haut de Le Corbusier. Un risque pour la vie.
L’attente, la confiance, l’inquiétude, la colère, la joie … Les Clarisses ont vécu toutes ces émotions au fil des ans.

C’est ce quotidien qui a été mis en poèmes. Ces pépites, interprétées par Pascal Froment, nous ouvrent les portes du monde intérieur d’une clarisse.
Tout au long de ce parcours sur la colline, les jeunes interprètes de Musique aux 4 Horizons offrent aux visiteurs d’intenses moments de sérénité et de joie à l’image de ce « lieu de silence, de prière, de paix, de joie intérieure » voulu par Le Corbusier.

 

Poème de Soeur Marie-Claire

Nous croyons sans savoir ni comprendre
la page qui s’écrit de notre histoire sainte.
Nous croyons
que l’utopie est créatrice,
que le rêve engendre la réalité.
Nous croyons
qu’en tes mains, Jésus,
cinq pains d’orge et deux poissons nourrissent des milliers.
Nous croyons
en cette dialectique éprouvante :
attachement, détachement qui nous rend souples à ton dessein.
Nous croyons,
quand on a touché le fond,
que ton silence engendre la paix profonde.
Nous croyons en Toi,
DIEU qui es, qui était et qui viens.

Extrait de Nous croyons. 29 janvier 2006

 

Vivre à l’abri du pèlerin, c’est connaître à nouveau l’enchantement du monde :
Les larges tapis verts aux pentes douces,
le soleil levant jailli de l’horizon
et baignant peu à peu de sa lumière
la colline toute entière, le village endormi.
La chapelle s’illumine
à l’extérieur en sa blancheur
à l’intérieur en rais lumineux
et Marie se révèle, éblouissante,
femme vêtue de soleil, accueillante à tous ses enfants.
Silence et beauté se donnent la main
dans la douceur automnale.
Les arbres majestueux et dorés
participent à la symphonie du paysage immense.

Extrait de Vivre à l’abri du pèlerin.

 

Nous avons fait le pas, le pas décisif
qui amorce la suite…
Nous l’avons fait sans d’autre garantie
que celle d’une parole que nous croyons crédible,
une parole, semble-t-il,
perçant les brumes de l’avenir.
Par la foi nous osons commencer les travaux :
Terrassement de la colline qui prête ses flancs
à la nouvelle création.
Banques, finance, économie sont ballottées par la tempête
qui met en crise la planète.
Tout homme est mis à nu dans ses ressorts profonds :
Soif de domination ?
Avoir et possession ?
Volonté de servir ?
Mise en priorité de l’être ou du paraître ?
Nul n’échappe au scalpel !
Mais pour nous, pas question de baisser les bras :
Il faut tenir la barre
et aller, malgré tout, de l’avant.

Extrait de Nous avons fait le pas. 2-4 octobre 2008

 

Entrer dans le mystère, dans la pénombre
qui reçoit la lumière d’en-haut…
Entrer dans la nudité du tombeau
pour y célébrer la Pâque, l’humble victoire du Ressuscité.
Comme les femmes dans le silence
ont entendu prononcer leur nom au matin de Pâques,
comme la voix dans cet espace
s’amplifie, se dilate et fait résonner la Parole de vie,
nous pouvons être seules :
nous sommes multitude, car ce lieu d’intériorité
à nul autre pareil est porteur de présences,
est habité de la Présence.
Y célébrer l’eucharistie au soleil levant,
chanter la louange au soleil couchant
fait oublier le froid, fait tomber les barrières,
détendre l’être tout entier qui n’a plus qu’à être là,
doucement, fortement, intensément.

C’est ainsi que nous devenons pierres vivantes
dans l’invisible de l’Esprit,
bien avant que n’apparaissent
les murs de notre future demeure
depuis si longtemps attendue.
Dieu se souvient, se souviendra
de notre acte de foi qui épouse secrètement
son désir d’Alliance dont le signe est son arc-en-ciel.
La brume peut tout embuer, la pluie peut tout détremper,
il peut y avoir encore trop de bâtons dans les roues :
La vigie regarde loin…
L’architecte reprend la main…
Peut-être enfin verrons-nous la fin du tunnel !
Marie veille dans sa grotte
et nous enfante longuement.

Extrait de Entrer dans le mystère. 11 novembre 2009.

 

Notre marche en carême ne nous épargne pas.
Partout le peuple souffre :
Tremblements de terre, tempête, inondations,
fermetures d’usines, espoirs en ruine..
Si les hommes, ici, travaillent
dans l’espérance, sur le chantier,
si la grue s’active sous nos yeux,
les décideurs financiers, les conseillers économiques,
si loin de notre réel, doutent encore de notre avenir.
Ils se laissent tellement noyer dans de sombres fantasmes
qu’ils ne perçoivent plus les éclats de lumière
qui pourtant ne manquent pas !
Tous ces revirements, telles girouettes au vent,
tous ces blocages incohérents, ces conflits stériles
sont à la longue épuisants.
Il faut s’accrocher dur, dans la foi nue
au Dieu vivant, sachant que Lui du moins
ne trahit jamais sa Parole,ne laisse tomber à terre
aucun de ses moineaux,
sachant qu’Il veut toujours susciter des relèvements,
de nouvelles solidarités entre les humains.

Extrait de Ciel d’orages. 5-15 mars 2010

 

Un ciel noir constellé d’étoiles
si proches, si brillantes !
Un ciel comme on ne l’avait jamais vu auparavant.
Ciel d’Abraham et ciel de Claire,
ciel de Ronchamp tout simplement
offert à profusion dans le silence de la nuit
Ciel offert en harmonie avec la ville au loin,
ses lumières qui s’étirent et scintillent, elles aussi.
Ce ciel vaut bien à lui seul tous les cadeaux de la terre !
La lune apparaîtra demain pour compléter ce tableau
que l’on contemple, émerveillées.
Demain pourra apporter son lot de soucis,
rien ne peut faire oublier ce voyage dans l’espace
aux dimensions abyssales.
Nous sommes bien poussière, mais poussière d’étoiles.
Tout est nu, dépouillé, en ce carême hivernal,
mais la sève circule et pousse des bourgeons
encore minuscules qui suffisent pourtant
à faire lever la tête,à redonner coeur, à redonner joie
dans le dédale des labyrinthes où nous cheminons,
un pas après l’autre, dépossédés mais confiants
dans le grand amour du Père qui prend soin de ses enfants.
Qui sont Le Corbusier et Renzo Piano
au sein de cette immensité ?
Deux hommes qui ont perçu une part infime
des harmoniques de l’univers
et qui, de tout leur talent, ont joué leur partition
d’architectes audacieux, épurés.
Bienheureuses sommes-nous
de vivre en leur sillage, leur sillage de beauté.

Extrait de Poussière d’étoiles. 29 février 2012.

Les conférences en musique : une originalité de Musique aux 4 Horizons

5Les conférences en musique sont l’une des spécificités du Festival Musique aux 4 Horizons. La transmission pédagogique est au coeur de notre projet. Autre pilier fondateur : le respect de la spiritualité de la colline de Ronchamp. Musique aux 4 horizons doit son nom en référence aux horizons décrits par Le Corbusier dans son projet pour la colline. Nous souhaitons offrir aux visiteurs de la colline et aux festivaliers des horizons à défricher : des oeuvres contemporaines  mais aussi des idées, celles déployées lors des conférences de l’architecte Jean-Jacques Virot et de soeur Brigitte, abbesse des clarisses de Ronchamp.

Continuer la lecture

Les concerts à la Chapelle Notre-Dame du Haut

20
La chapelle en musique

Venir écouter un concert dans la chapelle dessinée par Le Corbusier, c’est toujours un événement. Architecture et musique s’allient pour le meilleur.  Nouveauté cette année, les festivaliers ont pu assister aux deux concerts dans la Chapelle Notre-Dame du Haut grâce au forfait Duo.  Certains d’entre eux sont même venus dès le début de l’après-midi pour écouter les conférences de l’architecte Jean-Jacques Virot et de soeur Brigitte, abbesse des clarisses de Ronchamp.

Continuer la lecture

Un poème, souvenir de l’édition 2016 de Musique aux 4 horizons

musiqueC’est un petit rouleau de papier jaune tenu par un ruban bleu. Apparemment trois fois rien et pourtant, une fois déplié et lu, c’est comme un petit trésor. Les clarisses ont offert à chaque musicien un poème. Ceux qui ont gravi la colline lors du parcours musical et poétique ont apprécié le talent littéraire de soeur Marie-Claire. La clarisse écrit des poèmes sur le quotidien de sa communauté. Des pépites !

Continuer la lecture

Concert à l’Oratoire des clarisses de Ronchamp

2

Il a fallu rajouter des chaises pour accueillir tous les spectateurs qui avaient réservé leurs places pour le concert à l’oratoire des clarisses. Comme lors des éditions précédentes de Musique aux 4 horizons, le premier concert sur la colline a lieu dans cet espace créé par Renzo Piano. Les auditeurs ont la chance d’être assis juste à quelques mètres des musiciens. Une proximité fabuleuse pour savourer l’interprétation des musiciens. La directrice artistique du festival, Marianne Piketty, prévoit que chaque jeune puisse jouer en soliste lors du festival. Hier, Ieva Pranskute (violon) et Tom Almerge-Zerillo (Violoncelle) ont su transmettre la fougue du concerto pour violon et violoncelle en si bémol RV 547. Mozart avait la part belle avec le quintette à 2 altos en sol mineur K 516 et l’Adagio en Mi majeur interprété par Pierre Alvarez. Enfin, Juliette Leroux a captivé l’auditoire avec le Rondo en la Majeur D 438 de Schubert. 

Le reportage de France 3 Franche-Comté


Ronchamp : dernières répétitions des 4 horizons

Laurent Ducrozet, Jean-Stéphane Maurice, Thomas Hardy et Alexandre Baudrand ont réalisé ce reportage tourné dans la matinée du 2 août à l’oratoire de la colline.  L’équipe a choisi de suivre une des répétitions de l’œuvre contemporaine « La saison éternelle » de Samuel Strouk. En 2 minutes, l’équipe de France 3 Franche-Comté a saisi tout l’intérêt pour le compositeur et les interprètes de pouvoir répéter ensemble. Le soir, le concert a été donné devant environ 140 spectateurs en la cathédrale de Besançon et « La Saison éternelle » de Samuel Strouk sera rejouée samedi soir à 18h30 à la chapelle Notre-Dame du haut de Ronchamp.

Samuel Strouk sur la colline Notre-Dame du Haut

Marianne Piketty, solo violon et Alessio Pianelli, solo violoncelle
Marianne Piketty,  violon solo et Alessio Pianelli, violoncelle solo

C’est seulement la seconde fois que « La saison éternelle » de Samuel Strouk est jouée en public. Cette oeuvre a été créée en mai 2013 pour le « Festival des voûtes célestes » en Vendée. Le compositeur Samuel Strouk avait été sollicité pour écrire une partition pour Svetlin Roussev (violon solo) et Aurélienne Brauner (violoncelle solo) dans le cadre d’un concert autour des Quatre saisons d’ Antonio Vivaldi et des Quatre saisons d’ Astor Piazzolla. Samuel Strouk a conçu une pièce en un mouvement. En moins de dix minutes, le compositeur distille des émotions aussi lancinantes qu’explosives.

Continuer la lecture

En détail,…

 

«Le violon, c’est l’archet»,  Giovanni Battista Viotti, (1755-1824).
«Le violon, c’est l’archet», Giovanni Battista Viotti, (1755-1824).

Edito 2016- Au seuil d’un mystère

Pour la quatrième année consécutive, 10 jeunes musiciens solistes parmi les plus talentueux de leur génération vont converger de toute l’Europe pour s’installer sur la Colline de Notre Dame du Haut du 30 Juillet au 7 Août 2016.
Musique de chambre, œuvres orchestrales, concertos, chefs d’œuvres reconnus, œuvres à découvrir, création, autant de partitions dans toute leur diversité pour évoquer, cette année, le cheminement vers un monde inconnu, mystérieux, un monde à découvrir, à imaginer, à inventer, un monde qui peut nous transformer mais qui ne se révèle que si nous allons vers lui.

Au seuil d’une vie artistique : Deux chefs-œuvres du tournant du siècle dernier, l’Octuor Enesco et la Nuit Transfigurée de Schoenberg, œuvres de tout jeunes compositeurs,  ancrées dans le  romantisme et tournées vers l’avenir qui seront mis en miroir avec la création d’un concerto pour violon et contrebasse, commande de Musique aux 4 horizons à l’un des plus brillants compositeurs français de sa génération, Benjamin Attahir.

Au seuil d’un mystère : Le quatuor opus 95 de Beethoven annonciateur de ses derniers opus et le quintette à deux altos K 516 où Mozart renonce aux illusions de la vie sont deux prodiges de maturité où la musique se désincarne pour nous ouvrir à l’ineffable

La Saison Eternelle du jeune compositeur Samuel Strouk clôturera le festival. Inspirée par les Saisons de Vivaldi et Piazzolla, cette œuvre virtuose et festive nous parle  pourtant d’un temps qui se suspend, devient espace temps.
Benjamin Attahir et Samuel Strouk seront présents lors des répétitions publiques.

Enfin, nous évoquerons le cheminement des Sœurs Clarisses vers la Colline de Notre Dame du Haut lors d’un nouveau parcours poétique et musical en nocturne.
Comme chaque année, les conférences de Sœur Brigitte de Singly et de Jean-Jacques Virot mettront en résonance Musique, Spiritualité et Architecture et accompagneront notre réflexion, notre méditation.

Nous espérons avoir la joie de partager ces moments avec vous.

Marianne Piketty
Directrice artistique

Extraits du concerto “D’ombre et de lumière“ de Tomas Bordalejo

Extrait 1

Extrait 2

Réecoutez l’émission de RCF. Paul et Marie-Christine Vincent présente le festival.

Le film « D’ombre et de lumière » : Une journée du festival Musique aux 4 Horizons, été 2015.