Musique aux 4 horizons, une vision fraternelle de l’art

Les mots manquent pour décrire ce que vivent musiciens et bénévoles sur la colline de Ronchamp. Musique aux 4 horizons n’est pas uniquement un festival. C’est bien plus que «des représentations artistiques se déroulant périodiquement dans un endroit donné».

C’est surtout un espace de rencontres fraternelles enrichies par la musique, l’architecture et la spiritualité.

Un espace terrestre : celui de la colline de Ronchamp. Un «lieu de silence, de prière, de paix, de joie intérieure» écrivait Le Corbusier.

Vivre ici pendant dix jours, monter à la chapelle, descendre vers la Porterie, aller au monastère .. Tous ces pas murissent notre action. Nous sommes imprégnés du calme et de la beauté du lieu. Nous avons la chance inouïe d’habiter cette colline que des visiteurs du monde entier viennent voir quelques heures !

Un espace temporel : celui des échanges humains. Pour Soeur Brigitte, l’abbesse du monastère des clarisses, deux poumons donnent leur souffle à la colline, l’un est culturel, l’autre est spirituel.

Dés leur arrivée, les musiciens sont accueillis par Jean-Jacques Virot. Cet architecte est le président de l’association AONDH, propriétaire du site. Il tient à ce que chaque visiteur se sente chez lui lors de son passage sur la colline. Avec finesse et pédagogie, Jean-Jacques Virot donne les clés visuelles aux jeunes musiciens pour qu’ils saisissent les intentions de Le Corbusier, Jean Prouvé et Renzo Piano. Plus tard dans la semaine, Jean-Jacques Virot offrira aux visiteurs une conférence éclairante : l’architecte transmet les intentions profondes de Le Corbusier lors de la création de son chef d’oeuvre. Connaître l’histoire de la colline ne peut qu’inspirer les musiciens lorsqu’ils auront à interpréter les oeuvres choisies par Marianne Piketty.

Les artistes sont logés au monastère. Pendant dix jours, leur vie quotidienne est dédiée à la musique et aux rencontres. Les clarisses ne cherchent pas à convertir les visiteurs. Elles sont à leur écoute et les accueillent avec bienveillance. Elles vivent leur foi sans l’imposer. Toujours prêtes à sourire et à rire, leur joie de vivre est contagieuse.

Nous avons instauré un rendez-vous entre l’abbesse et les jeunes musiciens. Un temps d’échanges, d’écoute sur des thèmes d’actualités ou de spiritualité.

Profane et religieux se découvrent mutuellement. Autre signe particulier de Musique aux 4 horizons : les jeunes musiciens, peuvent, si ils le désirent, participer à l’animation de la messe dominicale à la chapelle. C’est surprenant comme ils apprécient de jouer des musiques toutes simples, juste pour le plaisir d’être ensemble !

C’est à tout cela que rêvaient Marie-Christine et Paul Vincent lorsqu’ils ont eu l’idée lumineuse de donner un écrin à l’envie de se perfectionner de jeunes interprètes auprès d’une pédagogue de renom, Marianne Piketty. Un rêve devenu poème sous la plume de soeur Marie-Claire :

M4H : un mot magique
qui évoque depuis plusieurs années
une collaboration inédite
entre architectes, clarisses, musiciens
et autres amis aux diverses spécialités,
pour unir chaque année
dans un acte créateur
musique, architecture et spiritualité.

Au fil des ans, cette ambition de faire vivre les deux poumons de colline se déploie comme  une partition humaine. Une fois partis de la colline, musiciens et bénévoles transmettent à leur tour cette petite étincelle créatrice qui transperce les nuits étoilées de Ronchamp.